Sanction pénale

Sanction pénale
Sanction pénale  Sanction pénalesanction pénale

La sanction pénale n’est pas différent de toute autre sanction, civile ou disciplinaire, par exemple, par le fait qu’ils sont prévus dans le code pénal et imposée par un tribunal pénal. La plus haute sanction pénale est la réclusion à perpétuité.

infractions multiples

Réitération

Le concept est un concept à la loi empirique de Décembre 12, 2005, et pas de conséquences juridiques coulait pas codifié. La peine reste pas moins que prévu par la loi, sauf que le juge, en utilisant ses pouvoirs d’individualisation de la peine, pouvait condamner plus sévèrement que le cas d’une première infraction.

Avec la loi du 12 Décembre 2005, le Parlement a consacré la notion à l’article 132 – 16-7 du Code pénal: «Il est la répétition du crime où une personne a déjà été condamnée définitivement pour un crime ou un délit et commet une nouvelle infraction qui ne répond pas aux exigences des peines recidivism.The pour l’infraction en la réitération d’accumuler sans limitation et sans possibilité quantique de confusion avec la peine finale imposée au cours de la phrase précédente.. Si cet article n’a qu’à se rappeler les règles de base de la peine, elle a néanmoins met l’accent sur les lignes directrices de la politique pénal en vigueur.

L’article 132-24 du Code pénal, dans son dernier paragraphe de la rédaction de la Loi du 5 Mars 2007, attache à la réitération d’effet juridique à la notion de répétition: «Dans un délit si l’infraction est commise dans un état de la récidive ou la réitération, la juridiction motive spécialement le choix de la nature, quantique et le modèle de la douleur qu’elle offre en termes de sanctions. ‘

La récidive

La récidive est prévue aux articles 132-8 et suivants du Code pénal. Il se compose de deux termes: une première infraction donnant lieu à la condamnation définitive et d’une deuxième infraction commise dans un certain délai après l’expiration ou la limitation de la première phrase.

Lorsque le premier terme est un délit si le second terme est la même infraction ou une infraction qui est assimilé qui se produit dans les 5 ans les peines de prison maximum et amendes encourues dans le second terme est doublé. Crimes assimilées en vertu de la récidive sont d’abord les principales infractions contre les biens: vol, extorsion, chantage, fraude et abus de confiance, d’autres infractions sexuelles, et enfin, certains crimes tels que les automobiles et les infractions non intentionnelles commise alors qu’elle conduisait un véhicule.

Lorsque le premier terme est une infraction pénale passible de dix ans d’emprisonnement et le second terme est un crime passible de la même phrase, qui se produit dans les 10 ans, ou un crime passible de plus d’un an, survenant dans les 5 ans, la peine pour le second terme est doublé dans les mêmes conditions que ci-dessus.

Lorsque le premier terme est une infraction pénale passible de dix ans d’emprisonnement et le second terme est un crime, sans condition de stage, la peine d’emprisonnement maximale encourue pour la seconde passe, le cas échéant, à la vie de 30 ans comme normalement que ce crime a été puni , respectivement, 15 ans de prison ou de 20 ou 30 ans

Le montant cumulé des

On peut distinguer parmi la concurrence concurrence parfaite et de qualification pour les infractions réelles. Le concours est un idéal capable unique, indivisible, de la réception de plusieurs compétences pénales. La concurrence actuelle se compose de plusieurs actes distincts constituant des infractions distinctes.

Ainsi, si cette privation de liberté multiples sont engagées, le juge peut prononcer une peine d’emprisonnement, la limite maximale de la plus haute prévue pour une infraction au concours.

Si infractions en concours sont poursuivis séparément, la confusion s’opère de plein droit entre les phrases du même type, la hauteur maximale des plus élevés engagés pour toute infraction. Le délinquant peut aussi demander au tribunal une demande de confusion, en option, dans l’espoir d’exécuter une peine inférieure au maximum légal le plus élevé.

En cas de procédures distinctes, il faut aussi assurer la conformité avec la règle non bis in idem, qui interdit la peine est plusieurs fois la même. Les faits déjà jugés ne peut jamais être puni dans une autre qualification, seuls ou combinés avec d’autres développements, sauf tel que requis par la loi comme dans la mise en œuvre de récidive ou d’établir l’existence d’une infraction d’habitude.

La règle du non-cumul des sanctions ne s’applique qu’aux condamnations de même nature. Les phrases de différents types (en espèces, de droit privé, etc.) Peuvent être combinés les uns avec les autres, toujours dans le maximum prévu pour l’infraction le plus élevé pour chaque catégorie.

Dans une concurrence parfaite est un problème particulier, la qualification des faits. La règle générale est la plus haute cote. Par exemple, un cambriolage vol constitue à la fois le vol, l’invasion de domicile et de vol qualifié.Seul le classement de vol aggravé et la peine peut en principe être acceptée par le juge. Un unique, n’a pas en principe avoir lieu jusqu’à ce qu’une phrase: par exemple la négligence causant des blessures à plusieurs personnes peuvent donner lieu à des condamnations multiples, selon la gravité de chacune des blessures (CAF 11 mai 2004).

La Cour suprême a reconnu, cependant, une certification combinée lorsque les qualifications ne sont pas incompatibles et que les valeurs sociales protégées ne sont pas les mêmes, par exemple si elles ne sont pas dans le même livre du Code pénal, a fortiori si elles ne semble pas dans le même code.

Sanction mixtes

Le nouveau Code pénal de 1994 n’établit pas de distinction entre les sanctions et les mesures de sécurité, les premiers sont de plus en plus adoucit tandis que la seconde sont plus coercitives. Donc, il est une création commune de sanctions en particulier pour les infractions sexuelles, si nous voulons punir et traiter à la fois.

Ce type de procédure est en place ou lorsque la peine ne dépasse pas un an ou lorsque le délinquant a purgé sa peine et qu’il reste plus d’un an à faire, il doit aussi avoir une peine plus bas. Il est en quelque sorte de la maison de prison avec des heures de sortie et le contrôle d’une semaine avec un agent de probation.C’est un processus plutôt mal par les bagnards.

Ce type de placement a été créé en 2004 pour prévenir la récidive. Il s’agit d’un GPS qui est placé directement sur le condamné, qui permet au moniteur toute la journée. On peut se poser la question de la liberté individuelle. Sur Décembre 9, 2005, le Conseil constitutionnel a déclaré l’investissement a été une mesure de sûreté et non une sanction, et doit être proportionnée à la gravité et la dangerosité de la personne. Par mesure de sécurité, il peut y avoir un effet rétroactif.

Il est une mesure créée par une loi de 2007. Après la fin d’une phrase, il ya un comité qui se réunit pour déterminer la dangerosité du délinquant. Il permet au tribunal de garder les gens en prison qui ont fini de purger leur peine. Pour le Conseil constitutionnel est une mesure de sécurité, mais trop coercitive, par conséquent, il ne peut pas être rétroactive.

Cette solution est maintenant mis en avant pour empêcher la récurrence des violeurs, ainsi que pedophiles.She sait controverse dans le monde politique et les médias sur la liberté individuelle, et sa mise en œuvre.

Peines pour les particuliers

Le principe de légalité des peines imposées pour limiter son choix à la fourchette prévue par la loi, qui classe les différents types de sanctions:peines principales, des sanctions supplémentaires, peines accessoires …

La règle de la loi limite le juge quant à la sévérité de la peine, la loi fixe un maximum que le juge prend en compte que si l’existence d’une cause d’aggravation.

En cas de récidive, le tribunal prononce une peine égale ou supérieure à une certaine période, conformément aux articles 132-18-1 du Code pénal. Mais il ya une possibilité de passer outre, par décision motivée du tribunal chargé de l’affaire, de même que la décision du Conseil constitutionnel et la loi citée ci-dessus.

distinction préliminaire

Les phrases peuvent être classés entre les phrases principales, accessoires ou complémentaires. En général, les sanctions doivent être rachetées (punir), tandis qu’une mesure de sécurité vise à protéger la société et de guérir la personne.

peine principale

La peine principale ou «peine de référence’ est le reflet de l’interprétation stricte de la loi. Il permet de qualifier l’infraction de pénale et classer entre l’infraction, délit ou crime.

Pénalité supplémentaire

Ainsi, l’interdiction d’une activité économique spécifique est une sanction supplémentaire de faillite frauduleuse, mais peut également être faite par le tribunal de commerce et de perdre le criminel. Cela peut aussi être une perte de certains droits civils tels que le vote ou d’être élu. Toutefois, depuis 1854 la peine de mort civile a été abolie.

Pénalité supplémentaire

La peine supplémentaire est une peine automatiquement et implicitement s’appliquent en conséquence à la peine principale sentence.These ont été exclus dans le nouveau code pénal français mais restent présentes des sanctions pénales contenues dans d’autres codes.

Sanctions applicables aux personnes morales

Une société déclarée coupable d’une infraction ne peut pas, s’ils ne peuvent pas physiquement exécuter les peines principales encourues, être condamné à une amende comme peine alternative. ‘

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié